Réflexologie et Santé Bien-Être à Toulouse

LA PHYTOTHÉRAPIE

La phytothérapie, certainement l’une des plus vieilles médecines au monde, est l’art de se soigner par les plantes. Elle daterait de 3000 ans avant JC et est pratiquée de par le monde entier notamment pour son efficacité et le peu d’effets secondaires qu’elle provoque.

Elle vient du mot grec « phyton » qui signifie plante et de «therapeia » qui veut dire thérapie. L’Organisation mondiale pour la Santé (OMS) la qualifie de médecine traditionnelle.

Son principe repose sur l’utilisation de plantes médicinales à des fins thérapeutiques. La médecine allopathique utilise notamment les principes actifs des plantes pour fabriquer des médicaments.

La phytothérapie peut agir sur bon nombre de maux du quotidien comme un rhume, une grippe, des problèmes digestifs ou urinaires, des problèmes articulaires ou immunitaires, les troubles du sommeil ou encore l’anxiété et les états de stress chroniques. Elle permet également de traiter en accompagnement les effets secondaires provoqués par les traitements médicaux lourds comme les chimiothérapies, radiothérapies…

Je considère la phytothérapie avant tout comme un outil venant complémenter les soins manuels que je prodigue car elle permet de régulariser le terrain et de potentialiser la prise en charge globale en en renforçant les effets bénéfiques.

 

Les plantes bien qu’elles soient naturelles ne sont cependant pas exemptes de danger et de contre-indications. Quelques unes sont toxiques, d’autres interagissent avec certains médicaments. Il convient donc d’être très prudent quant à leur utilisation et de signaler systématiquement à votre médecin, votre pharmacien ou votre praticien en santé naturelle un traitement allopathique ou de phytothérapie quel qu’il soit.  

Indications : les plantes conseillées sont fonction du trouble

Utilisation : Infusions, décoctions, cataplasmes, gélules …

Bienfaits : ils sont nombreux si l’on utilise les plantes aux bons dosages et à la bonne fréquence

Contre-indications : millepertuis, pamplemousse, ginseng, aubépine, réglisse selon les pathologies et la médication en cours

AROMATHÉRAPIE

L’aromathérapie est une branche de la phytothérapie qui consiste à soigner par les huiles essentielles, c’est-à-dire la partie volatile, éthérée d’un végétal extraite de feuilles, de fleurs, d’écorces, de bois, de zestes ou encore de baies, de graines ou de rhizomes. Les huiles essentielles sont en réalité la substance odorante des plantes aromatiques ou odorantes qui est la plupart du temps extraite par distillation à la vapeur d’eau.

Les huiles essentielles sont beaucoup plus concentrées qu’un extrait sec ou fluide de plantes, qu’une teinture mère ou qu’une gélule de poudre. Elles sont de merveilleuses alliées pour soigner les maladies bénignes et les maux du quotidien grâce à leurs propriétés thérapeutiques antiseptiques, antibactériennes, anti-infectieuses, antivirales, antifongiques, digestives, décongestionnantes, immunostimulantes, antidépressives, antidouleurs …

 

Les huiles essentielles sont très puissantes et possèdent de nombreuses vertus et favorisent le bien-être physique, émotionnel et mental. Elles ont diverses actions sur le corps en harmonisant par exemple le système hormonal, le système cardio-vasculaire ou encore le système nerveux. Elles permettent de prévenir, voire soigner les diverses attaques virales et bactériennes, peuvent soulager les troubles digestifs, urinaires, apaiser les douleurs ou favoriser la guérison des plaies…

Elles agissent sur le psychisme en permettant de s’adapter aux changements, augmentent notre résistance face au stress en régulant la production d’hormones, diminuent la fatigue et favorisent un sommeil de meilleure qualité. Elles apaisent l’esprit et aide à lutter contre la nervosité, l’anxiété ou l’irritabilité.

On peut également les utiliser en cuisine, dans nos produits cosmétiques, pour nettoyer sa maison ou la désinfecter, pour éloigner les moustiques, les fourmis …

En résumé, les huiles essentielles sont de vrais petits trésors mais il faut rester prudent quant à leur utilisation et respecter impérativement les posologies établies par votre praticien de santé. Elles contiennent plus de 200 substances actives chacune, ce qui fait leur richesse mais aussi leur dangerosité pour les néophytes. Tout comme les plantes, elles ne sont pas dépourvues de toxicité. Certaines d’entre elles sont hépato-toxiques ou neuro-toxiques, d’autres dermo-caustiques ou encore photosensibilisantes. Il est donc primordial de prendre conseil auprès d’un pharmacien ou d’un praticien formé à l’aromathérapie avant toute utilisation, de signaler systématiquement vos traitements allopathiques et surtout de s’en tenir strictement aux dosages et fréquences que l’on vous a recommandés : une goutte c’est une goutte, pas deux gouttes !!

J’utilise les huiles essentielles pour réaliser les soins que je pratique car elles passent très vite dans le sang et atteignent rapidement le but recherché : sécrétion d’hormones, de neuromédiateurs,  de substances immunitaires … afin de stimuler ou au contraire apaiser, inviter au sommeil, pour mieux respirer, calmer les douleurs et les contractures, dissiper les tensions, soulager un organe …

Indications : les huiles sont choisies ou conseillées selon l’effet recherché ou le trouble

Utilisation : en prévention ou traitement par voie externe, voie interne, voie olfactive (diffusion, respiration et inhalation)

Bienfaits : ils sont nombreux si l’on respecte les bons dosages et les bonnes fréquences

Contre-indications et précautions : 1er trimestre de grossesse, allaitement, enfants de moins de 6 ans, maladies neurologiques, épilepsie, asthme, allergies

GEMMOTHÉRAPIE

La gemmothérapie fait également partie de la phytothérapie mais elle utilise exclusivement les tissus embryonnaires frais des plantes, des arbres et arbustes c’est-à-dire, les bourgeons, les jeunes pousses et les radicelles  qui représentent en quelque sorte le patrimoine génétique de la plante en devenir. Les bourgeons sont récoltés juste avant leur éclosion pour qu’ils conservent toute leur force et leur pureté qui pourraient être altérées par la pollution, les pesticides …

Les embryons sont mis à macérer dans de l’eau, de l’alcool et de la glycérine pendant 3 semaines puis les préparations sont filtrées. C’est ce qu’on appelle des macérats-mères. Ces solutions contiennent toutes les vertus et l’énergie vitale du bourgeon qui porte en lui tout le potentiel de développement de la plante c’est à dire la racine, la tige, la feuille, la fleur et le fruit. C’est ce que l’on nomme le principe de la « globalité ». Le bourgeon possède également des concentrations d’éléments actifs comme des enzymes, des hormones, des vitamines, des minéraux ou encore des oligo-éléments qui ne seront plus forcément présents dans la plante devenue adulte ou bien en quantités moindres.

Le tissu embryonnaire comporte ainsi toutes les propriétés thérapeutiques de la plante entière puisqu’il possède les principes actifs à la fois des racines, de la tige, des feuilles, des fleurs et des fruits. Son champ d’actions est plus étendu que chacune des parties de la plante prises séparément. C’est ce qui fait toute la richesse de la gemmothérapie !

La gemmothérapie est une thérapeutique douce qui peut traiter les petits maux du quotidien. Elles est utilisée généralement en traitement de fond pour réguler le terrain et surtout à titre préventif  : stress, troubles de la ménopause, immunité, problèmes articulaires, rhumatismes, troubles digestifs, troubles du sommeil, nausées, troubles circulatoires, anxiété, détoxification de l’organisme …

Indications : extraits unitaires de jeunes pousses ou de bourgeons (macérats-mères) ou complexes (plusieurs bourgeons) sont choisis ou conseillés selon l’effet recherché ou le trouble

Utilisation : en prévention ou traitement d’un trouble et en complément de la médecine allopathique

Bienfaits : ils sont nombreux pour toute la famille, même les jeunes enfants

Contre-indications et précautions : Il n’y a pas vraiment de contre-indications et pas d’effets secondaires connus dans la mesure où aucune toxicité n’est développée par les plantes à l’état embryonnaire.  Il est cependant conseillé de suivre les recommandations d’un professionnel de santé avant toute utilisation.

Certains bourgeons seront interdits aux femmes enceintes durant le 1er trimestre de grossesse ou en cas de cancer hormono-dépendants, de prise d’anti-coagulants ou pour les personnes en sevrage alcoolique bien que les doses d’alcool des préparations soient minimes !